ZUGARRAMURDI, le village des sorcières



A peine une dizaine de kilomètres sépare Espelette du petit village de Zugarramurdi, en Navarre Espagnole. Magie et mystères se dégagent de ce lieu depuis des siècles !


Un petit village touristique de seulement 250 âmes

Aux pieds de monts mythiques comme l’Ibaïneta, le petit hameau de Zugarramurdi s’étend sur à peine 6 km². L’Eglise de l’Assomption du XVIIIème siècle s’impose au centre de ce havre de paix. Partiellement détruite en 1793 et reconstruite au XIXème siècle, sa cloche rythme le quotidien des villageois. De petits commerces de restauration invitent à passer un moment paisible en terrasse au milieu de vétustes bâtisses. Les troupeaux de moutons de race latxas, de vaches et de pottocks paissent tranquillement dans les vertes prairies.


Grottes et rivière de l'enfer : le frisson assuré !

Les cuevas (grottes) de Zugarramurdi de type karstique ont été creusées naturellement dans la roche. Abritées par une végétation généreuse d’ormes, de noisetiers, de lauriers, de hêtres et de chênes, elles suivent l’Olabidea, la rivière de l’enfer ! A vous donner quelques frissons ! Elles témoignent de la présence légendaire des akelarres (sorcières) en ce lieu. Depuis des décennies, pour Halloween, elles sont même envahies par des milliers de visiteurs en folie... Pas seulement les sorginak (sorcières), les contrebandiers ont eux aussi utilisés ces grottes ouvertes à la nature. Ils cachaient les marchandises en attendant le moment propice pour traverser la muga, frontière. Ils empruntaient un chemin qui relie les grottes alentours de Sare (en France) et d’Urdax (en Espagne).


Un musée dédié aux sorcières

Le Museo de la Brujeria, musée des sorcières, garde en mémoire l’histoire des lieux de Zugarramurdi. Installé dans l’ancien hôpital à proximité des grottes, il a été inauguré en 2007. Il peint la société basque du XVIIème siècle dans son évolution : d’un monde magique d’êtres mythologiques, de plantes médicinales et de rituels ancestraux au sort de 31 habitants qui en 1610 avaient été accusés d’exercer la sorcellerie à l’époque de l’Inquisition. Des animations dynamiques et interactives montrent les rituels des sorcières pour échapper à la chasse via la technologie moderne.


Ce village typique, rempli d’histoires des Sorgin, sorcières fêtardes et malicieuses, a même inspiré le cinéma en 2013 avec « Les sorcières de Zugarramurdi » de Alex de la Iglesia.